VMC : C’est quoi et ça set à quoi une ventilation Mécanique Contrôlée ?

Vous avez réalisé une installation électrique conforme dans votre maison et pour compléter l’installation faite, il existe divers montages qui permettent d’augmenter le confort de vos proches mais aussi de valoriser la valeur de votre habitat et renforcer sa sécurité. La VMC ou Ventilation mécanique contrôlée fait partie de ce type d’installation.

Qu’est-ce qu’une VMC et à quoi cela sert ?

SI vous souhaitez un maximum de confort dans le respect de la norme NFC15100, la ventilation semble indispensable. Rappelons ici que les normes électriques sont avant tout de nature sécuritaire et la VMC est une composante de sécurité avant tout pour votre maison. L’avantage d’une VMC est qu’elle perd peu de déperditions thermiques et permet une chaleur beaucoup plus homogène de l’habitation. Système le plus utilisé en maison individuelle, la VMC peut être réalisée en appartement sous certaines conditions comme la possibilité d’évacuer l’air vicié et le fait de ne pas gêner du point de vue sonore ; Les maisons pouvant plus facilement disposer d’une isolation sonore. Son utilité est claire : favoriser mécaniquement la circulation de l’air dans les pièces et évacuer l’air vicié du fait de l’activité dans l’habitat. Pour être raccordée, une VMC nécessite une protection différentielle 30 mA de type AC et un disjoncteur divisionnaire de 2 ampères. A noter que l’emploi d’un coupe-circuit à cartouche fusible n’est plus autorisé.

Précisions sur l’installation d’une VMC et fonctionnement

L’intensité nominale du disjoncteur différentiel évoqué plus haut (2 A) peut être augmentée jusqu’à 16 Ampère (allez voir sur votre tableau électrique) dans certains cas. Les VMC disposent de deux vitesses de fonctionnement ; il apparaît nécessaire de placer un commutateur afin de pouvoir sélectionner l(une ou l’autre des allures de votre installation. Ce commutateur peut être installé dans le tableau de répartition ou même dans la cuisine afin de pouvoir passer en vitesse supérieure en cas d’émanation d’odeurs de cuisson, de friture ou de buée. Le conducteur de phase, lui, doit être permuté sur l’un ou l’autre des conducteurs d’alimentation pour avoir ainsi la vitesse souhaitée par l’habitant. Par principe, et pour des raisons ici encore de sécurité, le circuit d’alimentation de la VMC doit comporter un système d’arrêt au travers du disjoncteur divisionnaire par exemple.

Vous trouverez sur le marché plusieurs types de VMC ; Aujourd’hui le consommateur se tourne facilement vers les VMC dites hygroréglables qui s’adaptent automatiquement en vitesse d’aspiration en fonction du taux d’humidité ambiant.

Côté installation, et parce que l’installation n’est pas mince, il convient de prendre en compte le caisson de la VMC qui peut provoquer à lui seul des vibrations importantes. C’est la raison pour laquelle, comme l’appareil fonctionne en permanence, les installateurs conseillent de placer ce dernier en suspension à la charpente avec des fixations en caoutchouc.

Exemple de l’installation du réseau VMC en vidéo dans un bâtiment collectif

Le réseau VMC est assez complexe à installer et il faudra probablement faire appel à des professionnels agréés pour le réaliser ; Cela nécessite de grosses compétences également en électricité et le respect des normes étant une priorité, nous vous invitons à faire deviser le projet auprès de d’électriciens spécialisés. Dans cette vidéo, il vous est proposé d’observer le déroulé du montage d’une ventilation mécanique contrôlée par une équipe de techniciens :