Baby Driver, le film qui roule au rythme de la musique

Si vous êtes allé au cinéma l’année dernière, vous avez peut-être vu à l’affiche que voici : Baby Driver, le film. Retour sur cette comédie policière. Un film bon pour la santé.

Baby Driver : c’est quoi ?

Baby Driver est une comédie policière sortie en Juillet 2017 en France, produit par Edgar Wright avec au casting des noms tels que Kevin Spacey, Jamie Foxx, Lily James et Ansel Elgort. Le film dure 113 minutes (~2h) et à une soundtrack très diversifiée, avec entre autre « Brighton Rock » de Queen, « Tequila » de The Button Down Brass ou encore « Let’s Go Away for Awhile » des Beach Boys

Baby Driver : ça raconte quoi ?

Baby, jeune orphelin particulier, se retrouve forcé à collaborer avec un chef de gang de braqueurs à Atlanta.

À part dans un monde qui ne lui ressemble pas, toujours muni de ses écouteurs, Baby se bat pour sortir de l’emprise du milieu. Un jour, il rencontre la fille de ses rêves, Debora, qui travaille comme serveuse dans un diner. Il se dit alors qu’il peut changer de vie et quitter la criminalité. Mais Doc, son employeur, n’apprécie pas ce changement…

Baby Driver : Qui joue dedans ?

Au casting on retrouve dans le rôle de Baby le jeune Ansel Elgort, vu précédemment dans les drames « Nos Étoiles Contraires » et « La Face Cachée de Margo » ou dans la saga « Divergente ».

Dans le rôle du Doc (le Patron des braqueurs) nous retrouvons Kevin Spacey, présent dans de nombreux films, téléfilms et séries.

Dans les rôles des braqueurs il y a, dans l’ordre : Jon Bernthal, Eiza Gonzalez, Jon Hamm et Jamie Foxx.

Et enfin dans le rôle de la serveuse et copine de Baby, nous retrouvons la petite Lily James, jeune actrice peu connue du grand public.

Baby Driver : Pourquoi c’est bien ?

Baby Driver utilise un concept que très peu de film utilise : jouer sur le tempo et le rythme des musiques en arrière-plan.

Chaque scène, chaque changement de plan est tourné dans le but d’être synchro avec la musique, ce qui rends les courses poursuites bien plus endiablées et intensifie les scènes d’actions.

Edgar Wright a voulu tourner chaque scène avec la musique en arrière-plan pendant les tournages pour vraiment être sûr de la synchronisation entre la musique et le film.