Le dahu, qui peut être également orthographié avec un « t » à la fin pour donner « dahut« est en réalité un animal imaginaire et peut se classer parmi l’ensemble de ceux-ci comme la Licorne, l’hydre, le dragon ou encore le coquecigrue. Il participe particulièrement à des imaginaires territorialisés à l’instar du Jura, des Vosges, de la Bourgogne, de l’Aubrac et l’Aveyron, de la Catalogne et d’Andorre. Imaginaire, le dahu vise à moquer l’ignorance et la naïveté de certains et certaines ; C’est ainsi que l’on propose aux niais de partir à la chasse au Dahu.

De quand remonte la naissance de l’animal imaginaire ?

On trouve trace du Dahu un peu partout en France et même en Europe (Suisse et Espagne notamment). Il est de tradition orale et c’est en soi difficile de dater historiquement l’apparition de son usage, notamment celui de « la chasse » qui lui est faite. Ce qui est certain, c’est qu’il s’inscrit dans la tradition des rites initiatiques. On utilise ainsi depuis très longtemps des procédés pour déniaiser les personnes dans un milieu socio-culturel qu’elles découvrent.

Le besoin de trouver des animaux imaginaires

Les mythologies regorgent d’animaux imaginaires, du dragon aux différentes espèces de volatiles et poissons géants. Parfois anthropomorphes comme les sirènes, les animaux imaginaires ont pour but de narrer des aventures ou des exploits de héros légendaires. Le fait même de créer un animal comme le dahu rend l’imaginaire plus commun et porte l’attention sur un personnage. La personne victime de la farce devient ainsi le héros d’une histoire qu’il va se créer avec la complicité de ses pairs.

L’animal imaginaire est à ce titre dans la tradition de ce que l’on attend de lui : Créer une histoire extraordinaire et narrative à souhait. On le retrouve ensuite évidemment dans un grand nombre de recueils, du conte au roman fantastique, voire la fantasy qui est un genre littéraire permettant au lecteur de sortir parfois de sa propre condition humaine en transposant son existence dans des mondes complètement inventés (Par exemple la trilogie de la Communauté de l’Anneau de Tolkien).

X.D.