Comment apprend-on quand nous apprenons ?

C’est particulièrement important pour un formateur, qu’il utilise des processus de transmission traditionnels comme les cours en présentiel ou via MOOC de comprendre la diversité des processus mis en œuvre dans les situations d’apprentissage. Être envoyé sur une formation confronte le formateur à ce type de réflexion d’autant que spontanément ce dernier pourra enseigner ce qu’il a lui-même compris. Les apprentissages sont déterminants dans le processus : ceux-ci déterminent en particulier la mise en œuvre des processus mentaux pour chacun. De même, ces mêmes processus ne donneront pas les mêmes résultats en fonction de l’apprentissage.

Le formateur confronté à des nécessités pour exercer son art de faire apprendre

Pour que l’apprentissage soir le plus optimal possible et réponde aux objectifs, il est nécessaire de :

  • Respecter la diversité des stagiaires et de leur niveau de compréhension,
  • Répondre aux divers petits objectifs,
  • Répondre à l’attente générale de la formation.

Parmi les aspects évidents que doit mettre en œuvre le formateur, on songera ainsi à la bonne formulation de la consigne pour atteindre un objectif pédagogique. Sans consigne, il apparaît impossible pour le quidam de bien comprendre les intentions du donneur d’ordre en quelque sorte. La reformulation peut s’avérer ainsi souvent nécessaire, et c’est d’ailleurs parfaitement conseillé en vue de s’adapter à son auditoire. Pour être plus efficient encore et parce que la technique du questionnement est très efficace dans l’apprentissage, le formateur s’appliquera à poser des questions tout en s’appuyant sur les acquis.

Respecter le fonctionnement de chaque stagiaire de la formation professionnelle

On a tendance à évoquer le principe qu’une image vaut mieux que des mots, notamment dans le cas de l’usage de Powerpoint ou de tout autre système défilement de slides (même de type heuristique comme Prezi par exemple). Mais ceci est plus une banalité qu’une réalité car certains stagiaires n’ont pas d’image en soi dans leur tête ; ils auront par exemple besoin de se faire parler ou de demander à un tiers de parler. Ce type de prise de conscience impose donc au formateur de ne pas fonctionner comme ne machine, automatiser notamment sa prise de parole ou la manière de conduire la formation. Finalement, toute session d’apprentissage est différente et doit être traitée comme tel ; c’est à cela que l’on reconnaît les meilleurs pédagogues.