Dans la production laitière, le cycle des vaches est particulièrement important et il se décompose de la manière suivante : Après une naissance de veau, la vache produit du lait pendant dix mois, puis nécessite un repos jusqu’au vêlage suivant, soit deux mois plus tard. Et c’est bien chaque nouvelle naissance qui entraîne un nouveau cycle de lactation. Certaines vaches à fort potentiel de lactation comme les Prim’Holstein, les normandes ou même les Montbéliardes, peuvent se permettre une reproduction de cinq à huit ans. De quoi assurer de vrais cycles longs de production de lait tout au long de l’année. Évidemment, ces dernières ont besoin de repos, quel que soit leur prix de vente, c’est le sujet de cet article.

Qu’est-ce que le tarissement ou la vache tarie ?

Dans le cycle laitier de la vache, le tarissement est une phase au cours de laquelle l’animal est au repos et ne produit plus de lait. L’éleveur a intérêt à bien préparer cette période s’il souhaite continuer convenablement et dans les meilleures conditions les cycles suivants car cela impacte la production post-vêlage et la traite des vaches en général. C’est pourquoi, le schéma classique proposé aux éleveurs est un intervalle entre vêlages d’une année, avec une lactation de 10 mois et un tarissement de deux mois. Pour rappel, la lactation est le processus de production de lait pour les veaux avant tout. Elle est stimulée par l’hormone prolactine, qui est libérée par l’hypophyse en réponse à la succion de l’animal. Le lait est produit dans les glandes mammaires et circule dans les canaux lactifères jusqu’aux pis de la vache, où il peut être ingéré par le veau (ou extrait via la traite).

Traitement de la vache tarie et du tarissement en général

Si vous êtes éleveur et disposez d’une ferme de production laitière, il vous est indispensable de consulter un vétérinaire. Celui-ci pourra vous proposer un traitement adéquat pour votre ou vos animaux.  Parmi les problèmes les plus fréquents, il existe les mammites qui représentent la pathologie numéro un. En effet, près de 40% des vaches laitières sont touchées en production. Dans de nombreux cas, celles-ci commencent à fleurir au moment du tarissement. Outre le stress, le risque est alors financier pour l’éleveur comme l’indique cette vidéo tirée de Marmitte j’anticipe :

Les actions pour lutter contre le phénomène sont multiples : Traites, paillage, aération et bon sens de l’éleveur sont nécessaires pour éviter la contamination des trayons mais des traitements peuvent s’avérer utiles pour éliminer les infections. Vous pourrez trouver ces derniers en pharmacie.

Qu’est-ce que la traite des vaches ?

La traite d’une vache consiste à extraire le lait du pis de la vache. Pour ce faire, les agriculteurs utilisent une machine à traire qui s’attache au pis de la vache et extrait le lait. La machine à traire se compose d’une griffe à traire, d’un seau à traire et d’une pompe à vide.

La griffe à traire est fixée au pis de la vache et comporte plusieurs gobelets trayeurs qui s’adaptent aux trayons de la vache. Le seau à lait recueille le lait au fur et à mesure qu’il est extrait de la vache. La pompe à vide crée un vide qui permet d’extraire le lait des gobelets trayeurs et de l’envoyer dans le seau à lait.

La traite des vaches est généralement effectuée deux fois par jour, le matin et le soir. Chaque session de traite dure environ 15 minutes et est donc profitable pour lutter contre le tarissement.

traite de vache
La traite de vache laitière

Le paillage : qu’est-ce que c’est ?

Le paillage est une pratique courante dans les granges, où le foin et la paille sont souvent utilisés comme matériau de paillage. Cela permet de garder le sol propre et exempt de débris, et d’isoler les animaux.

paille
La paille

Le foin, par définition, est un type d’herbe séchée qui est généralement utilisé comme nourriture pour le bétail. Le processus de séchage permet de préserver les nutriments contenus dans le foin, ce qui en fait un élément essentiel du régime alimentaire de nombreux animaux. Il existe deux principaux types de foin : le foin mou et le foin dur. Le foin tendre, comme la luzerne, est plus riche en protéines et en calories, tandis que le foin dur, comme la fléole des prés, est plus pauvre en protéines mais plus riche en fibres. Le foin est également un matériau de litière populaire pour les animaux, car il aide à absorber l’humidité et à garder l’environnement de l’animal propre et sec , un bon point pour lutter contre les différentes contaminations possibles.

X.D.