Si les éleveurs sortent durant la belle saison leurs vaches laitières, c’est que de manière générale, ces dernières consomment avant tout de l’herbe de pâturage. Cela représente d’ailleurs dans leur alimentation un peu plus de 35% de celle-ci. Bien entendu, dans la majorité des cas, la races est plus ou moins gourmande sur telle ou telle alimentation. Il s’agit là d’un point à étudier si vous décidez, à l’instar des éleveurs, d’acheter une vache au meilleur prix.

La composition du repas type d’une vache laitière

Plusieurs études ont conduit à analyser l’alimentation des cheptels en France et en Europe. Il en résulte que, outre la consommation de l’herbe des pâturage, les vaches laitières apprécient également le foin (notamment lorsqu’elles sont rentrées en étable durant les périodes hivernales), des concentrés et compléments que l’on peut se procurer dans le commerce et auprès des pharmacies vétérinaires en ligne, de l’ensilage de maïs (celui qui est cultivé pour l’élevage), de la pulpe de betterave à élevage et de la paille.

Toutefois, le pâturage apparaît comme essentiel pour les apports nutritifs et notamment pour l’apport en zinc, en minéraux, vitamines et protéines ; Lorsque les vaches laitières sont sorties, elles bénéficient ainsi d’une diversité tout à fait intéressante pour leur alimentation. Il convient donc de prendre soin de ses pâtures en toute saison. C’est d’autant plus vrai qu’une vache laitière, de part sa taille et son poids qui peut atteindre les 900 kilos parfois, consomme beaucoup et en toute saison.

La meilleure composition de lait pour le veau

La richesse de l’alimentation de la vache laitière permet d’assurer une qualité nutritive du lait qu’elle produit, pour le veau mais aussi pour la production à destination des humains. Ainsi, le fait de bénéficier d’une bonne part des herbes des pâturage et de compléments alimentaires adaptés aux bovins donne la possibilité de créer un lait constitué de ces différents constituants :

  • Des matières grasses,
  • Des protéines,
  • De l’humidité,
  • De la cellulose,
  • Des cendres.

Mais aussi du cuivre, de la manganèse,  du zinc, du sélénium (à l’origine de beaucoup de produits vétérinaires de compléments comme le zinc), des bactéries lactiques, des vitamines A, D3, E, B1, K3, C.

X.D.