Quel est le mâle de la vache ? Son mari ?

Voilà bien une question d’écolier citadin 🙂 Le mâle de la vache ou « son mari », c’est bien entendu le taureau. Ce bel animal est le fruit de nombreuses convoitises, non seulement dans le domaine agricole, puisqu’il permet le vêlage de la vache (faire enfanter le bovin d’un veau) mais aussi dans le domaine socio-culturel, l’industrie également comme nous le voyons dans cet article.

Pourquoi le taureau plaît-il tant ?

Le taureau est dans l’imaginaire un animal qui représente la fertilité. Les hommes, de tous temps d’ailleurs, s’en sont inspiré pour cette raison. Un taureau est considéré comme puissant et c’est sans doute l’une des raisons qui fait que ce « pauvre animal » se retrouve mis en scène dans les arènes où l’on pratique la tauromachie. Affronter un animal puissant, ce n’est pas nouveau ; Les romains le faisaient déjà avec des animaux sauvages dans les cirques. Cela dit, si ce type de tradition remonte jusqu’à nous, il faut bien ici y voir une forme de mise en abîme de la barbarie humaine. Cette dernière a bon dos d’ailleurs puisque toute la sémantique défensive autour de ce type de spectacle tourne autour du concept de « catharsis ».

Mais le taureau fascine aussi dans d’autres aspects de notre consommation, pas simplement dans l’industrie du spectacle. Sa fertilité est reprise dans la communication de certaines boissons gazeuses au goût plus que discutable ; On parle ainsi de l’adjonction de taurine dont les fonctions sont diverses : Fertilité, force, énergisante ? La taurine est un mythe de l’homme moderne dans sa consommation de son hyper-corps.

Comment prendre soin des taureaux ?

La question peut paraître incongrue mais très souvent, le taureau est transformé en bœuf , pur sa viande. En effet, il n’a pas la propriété (par définition) de produire du lait à l’instar de sa femelle, la vache. Outre l’administration parfois de médicaments pour bovins par les vétérinaires, il pourra être intéressant de prendre en compte la condition de l’animal qui n’a pas choisi d’être le symbole de force et de fertilité pour l’homme. Bien qu’il reste potentiellement dangereux de s’aventurer dans un pré où paissent tranquillement des taureaux, il convient de dire ici que c’est aussi un animal qui a l’habitude de la compagnie humaine ; Le tout est de ne pas en faire un produit aliéné à nos désirs ni à notre consommation la plus basse.

X.D