Quand vous voyez le poisson-scie, vous pouvez vous demander si quelqu’un a greffé une tronçonneuse sur le corps d’un requin. Les sept espèces de poissons-scies font partie des résultats farfelus de l’évolution. Ils brandissent leur scie ou « rostre » distinctif, garni de deux rangées de « dents » pointues et orientées vers l’extérieur. Mais à quoi sert cet appendice tranchant ? Explications.

Sur les requins-scies

Le requin-scie fait partie de l’espèce incroyablement unique des Pristiophoriformes, plus connue sous le nom de poisson-scie. Ces créatures fascinantes se distinguent facilement par leur long museau plat garni de dents acérées, qu’elles utilisent pour entailler et mutiler leurs proies. Il existe huit espèces de poissons-scies au total, dont le poisson-scie à long nez ou commun, le poisson-scie à petit nez, le poisson-scie japonais, le poisson-scie bahamien, le poisson-scie à six becs, le poisson-scie nain africain, le poisson-scie Lana et le poisson-scie tropical. Bien qu’ils soient souvent confondus avec des requins, les poissons-scies sont en fait un type de raie, et sont étroitement liés aux raies et aux pastenagues. On trouve les poissons-scies dans les eaux tropicales et subtropicales du monde entier, et ils peuvent atteindre une longueur de six mètres. Ces gentils poissons (en comparaison aux requins-bouledogues par exemple) sont malheureusement en voie de disparition comme on le voit plus loin en raison de la surpêche et de la perte d’habitat, mais plusieurs efforts de conservation sont heureusement en cours pour les protéger.

Description globale, ce qu’il mange

Le requin-scie est un type de poisson à nageoires rayonnées que l’on trouve dans les eaux tropicales et subtropicales du monde entier. Son long museau dentelé, qui est garni de dents acérées est très important au regard de la taille globale de l’animale. En effet, les requins-scies sont relativement petits, atteignant une longueur maximale de 1,5 mètre et un poids de 8 kilogrammes. Il possède deux nageoires dorsales, mais pas de nageoires anales, et son corps est recouvert de minuscules écailles placoïdes. Les requins-scies sont généralement de couleur jaune-brun, ce qui les aide à se fondre dans leur environnement sablonneux. Bien qu’ils ne soient pas connus pour être agressifs, leurs dents pointues peuvent causer de graves blessures s’ils ne sont pas manipulés correctement.

Ces requins, loin d’être parmi les plus effrayants, se nourrissent généralement de petits poissons, de calmars et de crustacés, selon l’espèce. La fonction des barbillons des poissons-scies n’est pas bien comprise, pas plus que la façon dont ils utilisent leur rostre. Il est possible qu’ils l’utilisent de la même manière que les poissons-scies et qu’ils frappent leurs proies avec des coups de scie latéraux, les paralysant. La scie pourrait également être utilisée contre d’autres prédateurs pour se défendre. La scie est recouverte d’organes sensoriels spécialisés (ampoules de Lorenzini) qui détectent un champ électrique émis par une proie enfouie. Cela permet au poisson-scie de localiser des proies cachées dans le sable ou la boue.

Sur leur « scie »

Comme leur nom l’indique, ils possèdent une longue « scie » ou un « museau rempli de dents » qui dépasse de leur tête. Cette caractéristique est principalement utilisée pour la chasse, car elle leur permet de neutraliser leurs proies d’un coup rapide. On trouve des requins-scies dans de nombreuses régions du monde, le plus souvent dans les eaux de l’océan Indien et du sud de l’océan Pacifique. Cependant, ils ont également été trouvés dans les eaux plus profondes du nord-ouest des Caraïbes. Bien qu’on les trouve généralement à des profondeurs d’environ 40 à 100 mètres, on peut les trouver beaucoup plus bas dans les régions tropicales. Compte tenu de leur vaste aire de répartition et de leur habitat en eau profonde, les requins-scies sont relativement peu étudiés par rapport aux autres espèces de requin.

poissons bas fond
Le poisson scie chasse les poissons des bas-fonds

Le rostre comme « dents du poisson-scie »

Le rostre, ou scie, à l’extrémité de la bouche du poisson-scie est à la fois un avantage et un inconvénient. S’il est efficace pour trancher les proies et se défendre contre les prédateurs, il peut aussi se prendre dans les filets de pêche et autres débris. Le rostre est également très sensible, de sorte que lorsqu’il heurte quelque chose, le poisson-scie le ressent. Cela peut être un inconvénient car le poisson-scie peut penser qu’il a trouvé de la nourriture alors qu’il n’y en a pas, ou qu’il a été attaqué alors qu’il n’y a aucun danger. Malgré ces inconvénients, le rostre est une partie unique et vitale de l’anatomie du poisson-scie.

Sur les risques de disparition

Aujourd’hui, les poissons-scies font partie d’une des familles les plus menacées du milieu marin, ainsi que d’autres espèces comme le requin-lutin. Plusieurs menaces pèsent sur les Pristidae : notamment la pêche, en effet, ils font souvent l’objet de captures accessoires, à cause de leur rostre qui s’emmêle facilement dans les filets. De plus, cette famille a déjà été fortement touchée par la perte et la dégradation de son habitat : en effet, leurs milieux de prédilection tels que les mangroves et les herbiers marins sont détruits à un rythme alarmant dans le monde entier. Il en résulte une diminution spectaculaire de la taille des populations et de l’aire de répartition de ces animaux. Selon l’UICN, toutes les espèces de poissons-scies sont désormais considérées comme étant en danger critique d’extinction. Malgré cette situation désastreuse, il y a encore de l’espoir pour ces créatures remarquables.

Une petite vidéo de présentation où on nous rappelle que « ses dents » représentent un tiers de sa taille :

R.C.