Télésecrétaire : un métier particulièrement astreignant

Les télésecrétaires ou secrétaires à domicile ont la particularité de travailler généralement en profession libérale du fait des tâches administratives qu’elles pratiquent. En pool de telesecretariat, comme dans une permanence téléphonique, les télésecrétaires peuvent également travailler seules en sous-traitance pour des donneurs d’ordre que sont les entreprises, artisans et PME. C’est un métier de service par excellence et juridiquement une profession libérale non réglementée.

Ce que le métier de télésecrétaire comporte comme astreintes

Comme il s’agit d’un métier de service aux entreprises, il est possible et fortement courant que la télésecrétaire soit obligée de travailler en heures décalées. Ses tâches consistent en de l’archivage, de la prise d’appel téléphonique et de rendez-vous en particulier. Elle peut également travailler tout ce qui est relance d’impayés avant début de la procédure judiciaire, mais en aucun cas elle ne peut faire de l’activité comptable, domaine strictement réservé à l’ordre des experts comptables. L’astreinte est donc liée au facteur temps qui doit faire l’objet d’ailleurs de la facturation, aux horaires décalées et bien entendu aux limites légales du métier.

L’accueil téléphonique, le phoning et les tâches administratives

L’accueil téléphonique, c’est notamment le métier des télésecrétariats médicaux. Réunies en pool de secrétariat, plusieurs télésecrétaires reçoivent les appels des médecins pour traiter l’ensemble des demandes des patients et fixer des rendez-vous. Il est possible aussi de voir l’activité de ce type d’entreprise aller vers les TPE, avocats et autres professions libérales pour les aider au quotidien dans la gestion de leurs appels.

Le phoning est plutôt tourné vers le démarchage commercial. Cela comprend notamment les relances d’impayés mais aussi des scenarii possibles pour vendre des services ou des produits tant à des particuliers qu’en BtoB.

Enfin la télé secrétaire gestionnaire de administratif aidera potentiellement un artisan à faire ses devis/factures, à relancer les impayés, créer des notes de synthèses de réunions et préparer les éléments comptables (sans aucune écriture) ; il s’agit là d’archivages particulièrement. Cette activité pourtant importante dans la vie de l’entreprise se pratique souvent en complément des tâches des secrétaires maison mais aussi en télétravail ponctuel.

Quel statut choisir lorsque l’on est secrétaire indépendante ?

Il est possible pour les activités complémentaires d’être auto-entrepreneur. Toutefois, certaines entreprises souhaitent récupérer la TVA sur leurs achats et si l’activité n’est externalisée que pour un seul client, il faut se poser la question de la légitimité d’un contrat de travail, même dans le cadre du télétravail. De plus, et bien que ce soit rare au démarrage, il arrive que l’amoncellement de tâches administratives, d’accueil téléphonique ou de relances téléphoniques impose quelques investissements matériels, voire des embauches. Dans ce cas, le statut d’auto-entrepreneur ne suffit plus pour deux raisons :

  • La récupération de la TVA sur les investissements est intéressante ;
  • Embaucher en étant auto-entreprneur est théoriquement possible mais le plafond sera vite dépassé si l’activité le permet.

Les télésecrétaires peuvent donc se tourner vers des juristes ou des experts comptables pour déterminer quel statut choisir entre ce qui relève de l’entreprise individuelle et les sociétés. On parle beaucoup notamment des SAS et autres EIRL, alors le mieux est de prendre ses dispositions pour être le mieux conseillé(e).